Ne dévoilez pas votre vie privée

As-salam ‘alaykûm wa rahmatûllah wa barakatûhû,

 

« Il existe des femmes qui ne sont dotées que de peu de patience.

Ainsi, si le moindre différent ou problème conjugal survient, elles s’empressent d’en informer leurs parents, leurs frères et leurs sœurs, voire même leurs amies alors qu’il sied de passer l’éponge sur ce différend qui ne mérite pas la moindre attention.

Un tel acte est un manque de loyauté et un empressement blâmable ainsi qu’une preuve d’ignorance et d’absurdité, car ce peut être une cause de destruction de l’édifice conjugal.

Un foyer heureux n’implique pas qu’il soit dépourvu de problèmes, le tout est plutôt de savoir cerner les problèmes et de bien les gérer.

C’est pourquoi il convient à l’épouse de veiller très attentivement à ne faire intervenir personne entre elle et son mari, quiconque soit-elle.

S’il s’agit d’une personne qui les aime, cela touchera et éteindra son cœur.

Par contre, s’il s’agit d’une personne qui les hait ou les jalouse, elle se réjouira de leur adversité.

Elle se rira peut être même ouvertement de leur malheur ou proposera un avis fantaisiste et immature, étant de ce fait la cause de leur séparation et de la destruction de leur famille.

C’est pour cela que l’épouse raisonnable dissimule sa vie privée et ce même à ses parents, ainsi qu’à toute personne étrangère sauf quand le différend est trop important et que la solution est difficile à trouver.

Elle cherchera alors à trouver une solution adéquate à la situation.

Ou bien lorsque l’arbitrage entre les époux est un moyen de trouver une solution qui s’impose » (1).

(1) Voir Nazarât fîl-Usra p.73

 

Extrait du livre « Nouveau départ avec mon mari »

Cheikh Muhammad Ibn Ibrahîm al Hamad

 

http://lecouple.enislam.over-blog.com/

Laisser un commentaire